Notions et concepts

Cette page a pour objet de redéfinir certains concepts et notions sujets à des acceptions plus ou moins larges mais souvent limités par leur utilisation sociale ou universitaire. En renversant ou en prolongeant certains éléments de définition, ces notions et concepts peuvent abriter d’autres enjeux que ceux qu’on leur prête communément.


Utilité marginale

fourteen_pictures_4

L’utilité marginale déborde le concept de la valeur compris comme valeur d’usage, c’est-à-dire selon la façon dont une marchandise donnée est utilisée dans la vie quotidienne. Ce nouveau concept marque l’entrée dans le monde économique d’une notion qui a davantage à voir avec l’économie politique qu’avec une quelconque application immédiate. Cette utilité-là désigne des éléments économiques comme la mode, le goût, le standing, l’excitation des sens, toute une gamme de connotations esthétiques appliquées à un produit et, en fin de compte, les implications politiques d’une marchandise, d’un secteur de production, ou de la consommation elle-même.

Stuart Ewen (Captains of Consciousness, 1976)

.


.

Violence symbolique & Légitimité

institution / structure   |   valeurs / force   |   accord / conflit      

f922e56f3443daa44555f6c5f344a7f3     .

Il n’est pourtant pas inexact de soutenir que les structures ont été renversées par une révolte humaniste qui a largement reconfiguré ces grandes catégories des sciences sociales que sont les institutions et la légitimité. […] Insensible et inconsciente, non pas physique mais gnoséologique, la violence symbolique consiste en l’imposition aux dominés des catégories des dominants, et par conséquent de principes de vision qui leur font appréhender un monde objectivement contingent et défavorable comme naturel et acceptable. On pourrait donc définir ainsi la légitimité chez Bourdieu : elle est l’effet spécifique de la violence symbolique – et par là le premier contributeur à la reproduction d’un ordre de domination. […] La légitimité, emportée par le mouvement général, connaisse une métamorphose semblable à celle qui substitue l’institution, dans sa version humaniste-théorique, aux structures. Elle n’est plus la trace de la violence symbolique mais le fait d’un accord raisonné des consciences selon des valeurs. Si la légitimité est devenue un concept central et même l’inséparable compagnon de l’institution, c’est parce qu’elle est réputée en donner les conditions de félicité : la bonne institution est l’institution légitime. Elle est bonne parce que le légitime, désormais sorti de l’orbite de la violence symbolique, est devenu de l’ordre de l’accord. […] Les substitutions respectives des sujets aux rapports, de la réflexivité aux déterminations, des valeurs à la force, et de l’accord au conflit en donnent une sorte de dénominateur commun qui atteste un changement d’époque.

Frédéric Lordon (La société des affects, 2013)

.

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s